barre onglet

lundi 14 mai 2012

The Future Primitives, EP/demos

Basés au Cap en Afrique du Sud, the Future Primitives est le nouveau projet de Johnny Tex et Heino Retief, ex-the Revelators. Ils jouaient avec ces derniers un trash-garage assez agressif, dans la lignée des Reatards, qui a été compilé sur un disque très recommandable, Kill the Revelators (mis à disposition par le groupe lui-même et qui contient notamment de succulentes reprises du Gun Club, de Dick Dale ou encore de Richard Hell). Avec the Future Primitives ils resserrent un peu plus l’étau et rendent leur son (encore) plus massif, pour un résultat proche de ce que peuvent faire leurs cousins californiens Thee Oh Sees et autres Cosmonauts.

"Open up your door"

L’écoute de cet EP, disponible sur Bandcamp pour l’instant, se révèle être carrément réjouissante. Les trois Sud-Af' ont décidé de passer en force, et bien leur en à pris. "Instro" donne le ton et nous rappelle ce qu’est le vrai surf-rock à l’ancienne, soit un bon gros riff qui galope sur une rythmique qui tache. Les Future Primitives enchaînent alors avec des compos basiquement garage, jouées la tête dans le guidon. "I’m the sound", "Fall to pieces", "Sea of swords" font dans le parpaing haute-gamme, bien soutenues par la voix de Tex, qui accentue le tout d’éructations et d’aboiements tranchants. L’excellente "Try on something that’s really you" s’aventure elle vers le Rock’n’Roll, enfin du Rock’n’Roll revisité façon guitare-tronçonneuse. La piste maîtresse reste cependant "Open up your door", superbe reprise possédée de Richard & the Young Lions.

Les Future Primitives c’est donc ça : une guitare frénétique qui déblatère des riffs gluants avant d’exposer en vol dans des solos virevoltants, une basse qu’on pourrait résumer à un gros bourdonnement de fuzz et une batterie entêtée, brillamment régressive. Bref, du rock’n’roll qui n’a d’autres intentions que se faire péter la panse et les oreilles, le cerveau soigneusement rangé au placard. Promis, on suivra ce power-trio avec beaucoup d’attention.
Punching Joe


PS : Après the Spyrals, on rend une nouvelle fois hommage au blog US Get Bent pour cette chouette découverte.

1 commentaire: